fbpx

 

Nicholas nous a séduit par son approche globale du bois. Polyvalent, il sculpte des pièces abstraites, conçoit du mobilier, collabore avec des architectes. Au travers de cette pratique, il fait tomber des barrières dans un secteur très souvent segmenté. Découverte.

Comment te définis-tu? Comme un designer, un sculpteur?

C’est une question que je me pose parfois et à laquelle j’ai du mal à répondre. Bien qu’ayant eu une formation de designer et d’architecte, mes pièces vont au delà du processus de conception : c’est une approche émotionnelle et complexe que le mot « designer » ne décrit pas. C’est pour moi une forte affirmation de définir mon travail comme de l’art, mais je ne me sens pas à l’aise avec le terme « sculpteur ».

How do you define you? More like a designer, a sculptor?

This is a question I sometimes ask myself and struggle to answer. Whilst I was educated as an architect and designer, my pieces are more than the outcome of a design process – it’s more of an emotional, meandering process which the word ‘designer’ fails to describe. To me it feels a strong assertion to call one’s work art, but I can live with ‘sculptor’.

Tu as auparavant travaillé comme architecte d’intérieur à Space Copenhagen et Studio Toogood. Qu’as-tu appris de ces expériences ? Tu collabores encore aujourd’hui avec des architectes, expose tes pièces au sein des projets de Norm Architects et réalise des modèles pour Nicolas Lee Architect. Est-ce important pour toi de conserver ce lien avec cette pratique ?

Mes années passées au sein des studios d’architecture d’intérieur ont été très importantes pour développer ma sensibilité esthétique – l’importance de connaitre certaines références, apprécier les formes, comprendre les matériaux. Mais la chose la plus importante sans doute, a été d’apprendre que la conception d’espaces et de produits est une discipline bien plus vaste que ce que nous pouvons imaginer. Nous pourrions davantage la définir comme une « création d’expériences ». Pouvoir créer et conter une histoire à travers chaque conception est un élément essentiel à cette approche. Les fondateurs de Space Copenhagen et Studio Toogood sont des narrateurs incroyables auprès de qui j’ai été ravi d’apprendre.

Bien que je ne travaille plus directement dans le secteur de l’architecture, je me sens toujours inextricablement lié à celle-ci. De la même manière qu’une bonne histoire dépend du choix minutieux des mots, un bon espace dépend des détails et des objets présents. Collaborer aujourd’hui avec des architectes est donc un prolongement naturel de mon travail.

I saw you worked before as an interior architect, at Space Copenhagen and Studio Toogood. What have you learned from these experiences? You still collaborate with architects, exposing your pieces at Norm Architects projects and making models for Nicolas Lee Architect. Is it important for your to conserve this link?

My years spent working for interior studios were really important in helping to inform my aesthetic sensibilities; the importance of knowing references, an appreciation of form and an understanding of materials. Perhaps more essential though, was learning that designing spaces and products is a much broader discipline than we tend to consider; in many senses it can be better described as ‘the curation of human experience’. Being able to create a sense of narrative within one’s designs and the art of narrating to describe this narrative are vital to this approach. The founders of both of these studios are incredible storytellers, and fantastic to learn from.

Although I no longer work directly in architecture myself, I still feel inextricably connected with it. In the same way that a good story is the careful curation of words, a good space is the careful curation of details and objects – and so collaborating with architects is a natural extension of my job.

Comment en es-tu venu au travail du bois ?

Aussi loin que je puisse me souvenir, j’ai toujours apprécié de créer des choses par moi même, et en grandissant j’ai aidé mes parents sur la rénovation de notre maison de famille. Ces projets impliquaient souvent du bois, j’ai donc rapidement eu une certaine familiarité avec la menuiserie. Au printemps dernier, j’ai décidé de quitter mon poste en agence d’architecture et de passer quelques mois en Suisse aux côtés d’un agriculteur/sculpteur. Je passais mes journées à l’aider à la ferme, à soigner les moutons et à cultiver la terre, à faire les foins et construire des serres. Pendant mes pauses, je faisais des croquis dans la grange ou le verger et le soir je concevais des modèles en argile ou en bois. C’était incroyablement libérateur de commencer avec un bloc de bois massif, de le sculpter puis de révéler la forme qui s’y cachait. Je ne voulais pas perdre ce sentiment de liberté quand je suis rentré à Copenhague, alors j’ai acheté des outils de sculpteur et ne les quitte pas depuis.

How did you come to woodworking?

For as long as I can remember I’ve always enjoyed making things, and growing up I helped my parents work on renovation projects at our family home. These projects often involved woodwork so I have a certain familiarity with carpentry, but no formal training. Last spring I decided to leave my architecture job and spend a month in Switzerland working with a farmer-cum-sculptor. The days were spent helping on the farm, tending the sheep and crops, making hay and building greenhouses. During my breaks I drew sketches in the barn or orchard and in the evening I made raw models in clay or wood. It was incredibly liberating to start with a block of solid wood, and chip away to reveal the form hidden within it. I didn’t want to lose this sense of freedom when I arrived back in Copenhagen, so I bought some basic sculpture tools and have been using them ever since.

As-tu un lien spécial au bois ou es-tu également attiré par toute autre forme de matière ?

Les matériaux naturels m’attirent de manière générale, bien plus que les matières synthétiques. Mais je dois avouer que j’ai une affinité particulière avec le bois. Je pense que cela provient de mon amour pour la nature et les activités en plein air – je me souviens encore de mon enfance passée sous les arbres en pleine forêt, et l’odeur du bois fraichement coupé m’y ramène automatiquement. Prendre une bûche sciée, avec ses surfaces rugueuses et inégales, la façonner lentement, en l’affinant jusqu’à ce qu’elle soit aussi lisse que de la pierre polie est un sentiment incroyablement haptique et gratifiant.

Do you have a special link to wood or are you attracted to other materials ?

I find myself attracted to natural materials far more than synthetic ones, although I do have a particular affinity to wood. I think it stems from my love of nature and being outdoors – some of my fondest childhood memories are set under trees or within forests, and the smell of freshly cut wood takes me right back. The process of taking a sawn log, with its rough, uneven surfaces, and slowly shaping, refining them until they are as smooth as polished stone is incredibly haptic and gratifying.

Préfères-tu travailler un bois en particulier ?

En ce moment, j’aime le contraste entre l’uniformité, la clarté et la douceur des bûches d’érable provenant des forêts du nord de la ville, et la teinte intense et le grain strié du noyer que j’achète auprès d’un négociant en bois. Bien qu’ils soient plus difficiles à travailler, je préfère les bois durs car ils ont très souvent un grain plus riche et varié, et que l’on peut facilement les poncer jusqu’à obtenir une surface presque parfaite et lisse.

Do you have a wood in particular you like to work ? 

At the moment I enjoy the contrast between the uniform, pale and almost buttery maple logs that come from the forests north of the city, and the rich hues and streaky grains of the walnut that I buy from a local timber merchant. Although they are much tougher to work with, I prefer hardwoods because of their richer, more varied grain patterns and ability to be sanded to a near-perfect smooth surface.

Quelle est ta méthode de travail ? Choisis-tu un bois et imagine le projet ou inversement ?

Je commence toujours par une longue période d’esquisses, sans forcément penser au résultat final. Je travaille tant avec du bois déjà séché qu’avec des bûches de bois vert que je prépare et sèche moi même. L’apparence des bûches varie beaucoup, ce qui signifie que je dois développer mes idées en fonction de l’évolution de chaque bûche. Pour les plus grandes pièces, que ce soit du mobilier ou des sculptures, je me procure des planches de bois déjà sec, plus stables, qui me permettent de travailler avec précision.

What’s your process ? Do you source the wood according to your ongoing project ?

My process always start with a long period of sketching thoughts down without necessarily knowing what I want to create. I work with both seasoned planks, and greenwood logs that I prepare and dry out myself. The logs typically vary a lot in shape and appearance, which means that ideas often have to be developed with the exact log in mind. For my bigger sculpture pieces and those which also function as furniture, I source seasoned planks that are more stable, easier to process and join precisely.

Comment définirais-tu ton travail ? Certaines de tes sculptures sont très organiques et poétiques, lorsque ton bol en noyer est plus familier et ludique.

J’aime penser que l’ensemble de mon travail est ludique, bien que certaines pièces (comme le bol en noyer) sont bien plus effrontés que d’autres. Je suppose que le fil conducteur entre elles réside dans une certaine curiosité de la forme. Le dessin de plans architecturaux m’a permis de comprendre comme le geste simple d’une ligne ou d’une courbe peut avoir un énorme impact dans l’expérience. Je privilégie les formes organiques car j’ai une certaine satisfaction à dessiner des courbes douces, se reliant les unes aux autres, et c’est encore plus satisfaisant quand on arrive à les mener à une apparence matérielle. Je crois qu’une bonne sculpture doit emplir ses spectateurs d’un désir de la toucher, que nous sommes intuitivement attirés par les objets organiques qui nous rappellent le corps.

How do you define your work ? Some of your sculptures are very organic and poetic, when your walnut bowl is more familiar and playful.

I like to think that all of my work has a playful quality, although some pieces (such as the walnut bowl) are certainly cheekier than others. I suppose that the red thread between them is that they are all the product of a curiosity of form, or perhaps better described as a curiosity in to the suggestiveness of form. My experience of drawing architectural plans has instilled me with a deep appreciation of how the simplest gesture of a line or curve can have enormous nuance. I favour organic forms because there’s a satisfaction in drawing smooth, curves that flow into one another and even more satisfaction in sanding them smooth into physicality. I believe that good sculpture fills its viewers with a lust to touch it, and that we are intuitively drawn to objects that remind us of the body.

Qu’est-ce qui t’inspire ?

Être dans la nature est très certainement la plus grande inspiration pour moi. J’ai grandi à la campagne, et je me rend compte que lorsque je suis loin de l’agitation de la ville, je suis davantage capable de me laisser aller et de rendre mon esprit plus créatif. Bien sûr, d’autres sculptures, pièces d’art, mobilier, et tout objet dignement réalisé vont aussi m’intriguer et m’inspirer.

What inspires you ?

Being out in nature is possibly the biggest inspiration for me. I grew up in the countryside and find that when I’m away from the hustle of the city I’m able to let my mind wonder in and out of creative ebbs far more easily. Of course other sculpture, art and furniture although really any beautifully crafted object will intrigue me.

Comment penses-tu que l’artisanat va évoluer dans le futur ?

L’artisanat est devenu un mot assez mal utilisé ces dernières années, mais je pense qu’il y a clairement un retour en arrière vers des objets d’artisanat bien dessinés et dont la production nécessite des compétences artisanales. La notion d’artisanat est en contradiction totale avec la manière dont, dans les sociétés développées, nous consommons les choses avec excès. L’artisanat est donc pour moi l’un des antidotes au consumérisme capitaliste. J’espère que, compte tenu des menaces existentielles réelles telles que le changement climatique et l’épuisement des ressources, nos sociétés pourront en partie se reconvertir vers une économie artisanale. Bien sûr, les objets artisanaux nécessitent plus de travail, ce qui engendre un coût supplémentaire considérable. Il est toujours difficile d’en faire plus avec moins de produits de qualité supérieure, fabriqués de manière éthique, locale, naturelle et durable. Il est aussi pour moi important d’avoir les compétences nécessaires pour pouvoir réparer les choses plutôt que de simplement les jeter.

How do you think crafts will evolve in the future ?

Craft has become a somewhat murky, misused word in recent years, but I think that there is clearly a movement back towards crafted objects that are well-designed, and whose manufacture require artisanal skill. The whole notion of craft is at odds with the way that we in developed societies consume things to excess. To me, craft is therefore one of the antidotes to capitalist consumerism. I hope that, given the very real existential threats that climate change, resource depletion and so on pose for all of us, our societies can transition back in part to a craft-based economy. Of course the problem is that crafted objects are labour-intensive to make, which has a considerable cost implication.

It’s always difficult to more on fewer things that are of higher quality, ethically made, local, natural, and enduring. Having the skills to be able to repair things rather than simply discarding them.

Où pouvons nous trouver tes belles pièces ? Tu as récemment partagé une photos depuis le nouvel espace The Audo à Copenhague.

Oui, j’ai plusieurs pièces exposées à The Audo, et j’en ajouterai d’autres tout au long de l’année. J’apprécie toujours de visiter les ateliers d’autres créateurs, vous êtes donc les bienvenus pour passer à l’atelier, découvrir mon travail, et discuter autour d’un café.

Where can we find your beautiful work ? You recently shared a picture from the new Copenhagen space The Audo.

Yes, I do have several pieces on show at The Audo in Copenhagen, and will be adding more throughout the year. I always enjoy visiting other people’s studios, so you’re also welcome to drop by the workshop to see the process and chat over a cup of coffee.

Créateur : https://nicholasshurey.com

Lieu : Copenhague, Danemark

Crédit photos : Ed Gumuchian

Share: