Découvrez notre nouvelle sélection On The Table

JB Blunk

Publié le 01/04/2021

Né en 1926 au Kansas, JB (James Blain) Blunk étudie la physique à l’Université de Californie à Los Angeles. Passionné par le travail de la céramique, il apprend en parallèle cet artisanat sous la houlette de Laura Anderson. Alors qu’il sert l’armée des Etats-Unis en Corée durant la guerre, il se rend à Tokyo pour découvrir une exposition du céramiste japonais Hamada. C’est durant cette visite qu’il fait la rencontre de Isamu Noguchi, et décide de poursuivre son travail de recherche autour de la céramique. 

De retour aux Etats-Unis en 1954, Blunk ne rencontre pas le succès espéré avec ses poteries et se tourne alors vers le bois, qui va devenir avec le temps son matériau de prédilection. En 1959 il fait l’acquisition, grâce à son ami artiste Gordon Onslow Ford, d’un terrain entouré d’une forêt dans la ville d’Inverness en Californie. JB Blunk y construit alors sa maison ainsi que son atelier, en fabriquant absolument tout lui même, de la structure architecturale au mobilier. Connaissant bien le site de la maison, il décide de positionner de manière idéale les ouvertures et les terrasses pour profiter au mieux de la vue sur la forêt et de la lumière du jour.

Avec peu de moyens, il recherche principalement des matériaux de récupération. Il trouve une réserve de poutres de séquoia dans un chantier naval à proximité, et utilise du bois de cyprès provenant de la forêt voisine. Pour concevoir le mobilier, n’ayant pas beaucoup d’outils, il utilise une tronçonneuse. Les finissions sont faites au ciseau à bois et à la meuleuse. Il obtient ainsi des surfaces richement texturées qui dégagent un parfum boisé. La pièce de vie, qui comprend un espace cuisine, un salon et la salle à manger, est recouverte de séquoia rose. La table de la cuisine a été réalisée en pin par la première épouse de Blunk et est entourée de chaises récupérées et de tabourets en séquoia créés par Blunk. Dans la salle de bain se trouve un majestueux lavabo que Blunk a taillé dans un tronc de cyprès. Il créé aussi une imposante arche marquant l’entrée du jardin de la maison, sculptée de manière curviligne dans un seul tronc de séquoia. 

A la suite de la construction de sa maison, le bois est devenu omniprésent dans son travail. Il poursuit alors la sculpture sur bois et travaille des troncs et les souches d’arbres abattus retrouvés sur les plages voisines. Il se fait connaitre en 1969 avec son oeuvre « The Planet » qui est sculptée dans une seule souche de séquoia. À travers son travail, Blunk cherche à ramener à la vie ces géants oubliés. La maison a continué d’évoluer au fil des années, sa superficie ayant plus que doublé pour atteindre les 426 m2 actuels. Sans plan pré-définis, elle a été construite au grès des envies et des besoins, considérée aujourd’hui comme le chef-d’oeuvre absolu de JB Blunk.

  • Photographe : Leslie Williamson / Yoshihiro Makino / Archives
  • Lieu : Californie, USA
  • Site : https://www.jbblunk.com