Découvrez notre nouvelle sélection On The Table

Ljubiša Žikić Les Sculptures

Publié le 22/04/2021

FR – Les créations de Ljubiša sont délicates et complexes. Repérées sur Instagram, ses petites sculptures composées de formes singulières nous interrogent sur l’imaginaire et le savoir-faire de son créateur. Depuis Belgrade, entre deux coups de ciseaux, il répond à nos questions.

Quel est votre parcours jusqu’à la sculpture sur bois ?

J’ai été diplômé en génie mécanique en 1982 et c’est ce que j’ai fait la plupart de ma vie. La première fois que j’ai eu un peu de temps libre, j’ai commencé à travailler le bois de manière toute à fait expérimentale. Je suis alors tombé amoureux de la sculpture sur bois et cette sensation demeure toujours en moi aujourd’hui. Chaque moment libre que j’ai, je le passe de la manière la plus agréable pour moi, en créant quelque chose de nouveau. Je n’ai pas d’atelier ni beaucoup d’outils, juste quelques ciseaux, des limes, des petites scies et du papier de verre.

Quel est votre processus de création ? 

Avoir une vie significative et réussie sans avoir l’impression de travailler réellement, c’est selon moi réalisable en faisant quelque chose que l’on aime vraiment. J’essaye de vivre selon cette règle. Jusqu’à présent, j’ai réalisé environ 150 sculptures. Quand je prends un morceau de bois dans mes mains, je sais généralement ce que je vais en faire et ce sentiment reste avec moi jusqu’à ce que la sculpture soit terminée. Cependant, il arrive parfois que mon idée initiale change en cours de route, de manière que le résultat final soit complètement différent de ce que j’avais imaginé au début. Travailler avec des outils manuels demande de la patience, de l’endurance et de la persévérance et c’est une très bonne formation pour moi.

Vos pièces semblent complexes, à la fois visuellement et techniquement. Est-ce quelque chose que vous recherchez lorsque vous créez une pièce?

Je n’ai pas de bonne réponse à cette question. Selon les sages paroles d’Arthur Rimbaud, si nous essayons de définir quelque chose, nous en enlevons environ les trois quarts de sa vraie signification. Je recherche probablement la beauté avant toute chose. Et en plus, je dois l’admettre, il y a aussi ce besoin du moins en apparence, de s’éteindre et d’oublier toutes les mauvaises choses qui se passent dans le monde aujourd’hui. Croyez-moi, ça aide.

Chaque pièce est accompagnée d’un socle en bois. Le considérez-vous comme faisant partie de la sculpture?

La plupart de mes sculptures ont en effet un socle et celles sans, l’attendent. Mes pièces sont très délicates et ténues et elles ne pourraient pas exister ou se tenir seules sans fondement. J’essaie de faire de la base une partie de la sculpture, de la soutenir et de la porter, mais de manière transparente autant que possible.

Quelles essences aimez-vous travailler? 

Je travaille différents types de bois – hêtre, chêne, noyer, cerisier, poirier, prunier, orme, érable, charme, acajou, bois d’olivier… Chaque essence est différente, et nécessite aussi une approche différente. Elles ont un toucher, une dureté, un grain particulier, qui nécessitent chacune une certaine technique de sculpture. Un morceau de bois, même vieux et sec, a une chaleur incroyable, il vous suffit de le toucher, de le tenir dans vos mains. Il faut travailler le bois pour pouvoir ressentir cette sensation.

Qu’est-ce qui vous inspire ?

Je suis simplement inspiré par la chaleur et la texture du bois. Je m’intéresse au mouvement et je le trouve très intéressant en tant que contenu artistique. À travers lui je recherche la beauté dans la simplicité. Je m’inspire également de la jeunesse, sa force et son énergie, ludique.

Comment le travail du bois est-il reconnu à Belgrade, et l’artisanat en général?

À Belgrade, comme dans la plupart des villes européennes, une partie de la population se soucie de la beauté et la veut dans son quotidien. Le pouvoir d’achat modeste de mon pays n’exclut pas la richesse de l’esprit, bien au contraire. J’espère que vous pourrez un jour venir ici et le découvrir par vous-même.

Quels sont vos projets pour le futur?

Je n’ai pas de plans ! J’ai dans ma tête une vingtaine de croquis avec lesquels je joue et que je change continuellement tout en travaillant sur autre chose. Peut-être que cela semble étrange, mais lorsque je travaille, je désire ardemment voir la sculpture terminée, comme si c’était le travail de quelqu’un d’autre et je n’avais aucune idée de ce qui était sculpté. Souvent, le bois me traîne simplement et à la fin je sculpte quelque chose de complètement différent de ma pensée originale. Mes prochaines sculptures seront réalisées dans des morceaux de teck et de mélèze de Sibérie, ce sont des bois très beaux, très inspirants ! Au delà de mes créations, je vais aussi investir dans des outils de meilleure qualité afin de pouvoir travailler plus rapidement et plus facilement.

EN – How did you came to woodworking ?  

I graduated from the Faculty of Mechanical Engineering in 1982 and that is what I did most of my life. The first time I had a little bit of free time which I wanted to use in a constructive way, by experimenting I made something out of wood and really enjoyed the process. I fell in love with wood carving and that beautiful feeling is still with me today. So, every free moment I have I spend in the most enjoyable way for me – by creating something new. I don’t have a workshop or many tools, just a couple of chisels, files, small saws and some sand paper.

What is your creation process ?

To have a meaningful and successful life without feeling you are actually working, for me that is achievable by doing something you really like. I try to live by this rule. Up till now I have made around one hundred and fifty sculptures and I am just finishing around ten more. When I take a piece of wood in my hands, I usually know what I will make out of it and the feeling stays with me until the sculpture is finished. However, sometimes it does happen that my initial idea changes during the process, so that the end result is something completely different from what I came up with at the beginning of the process. Work with hand tools requires patience, stamina and persistence and that is a good test for me. It is a very good training.

Your pieces seems very complex: visually and technically. Is it something you looking for when you create a piece ? 

I don’t have a good answer to this question. As per the wise words of Arthur Rimbaud, if we try to define something, we are taking away about three quarters of its real meaning. I am probably searching for beauty. Besides, of course, I have to admit, there is this need too, at least seemingly, to switch off and forget about all the bad things happening in the world today. Trust me, it helps.

Each piece is composed by a wooden base. Do you consider it as a part of the sculpture ?

Most of my sculptures have a stand and the ones without are waiting for it. It is simply because, at the time they were made, I didn’t know how to make them one. They are all very delicate and tenuous and they would not be able to exist or stand on their own without a foundation. I really try to make a suitable stand for each sculpture on top of which it appears and rises. I attempt to make the base a part of the sculpture, to support and carry it, but seamlessly as much as possible.

Which wood do you like to work ? 

I worked with different types of wood  – beech, oak, nut wood, cherry wood, pear wood, plum wood, elm, maple, hornbeam, mahogany, olive wood… Each type of wood is different, just like people, it also requires a different approach. They have a different surface, hardness, firmness, each species requires different carving techniques. A piece of wood, even when old and dry, has incredible warmth, you simply want to touch it, hold it in your hands. You have to work with wood to be able to experience this feeling.

What inspires you ?

I am inspired by the wood’s warmth, tactility and texture. I am interested in movement and find it very interesting as an art content. I seek beauty in simplicity. I am also inspired by youth, its strength and beautiful, playful energy.

How is recognized woodworking in Belgrade, and crafts in general ?

In Belgrade, like in most of European cities, there are people who care about beauty and want it in their lives. Modest purchasing power in my country doesn’t exclude wealth of spirit, on the contrary. I wish you could come here soon and see it for yourself.

What are your plans and projects for the future ? 

I have no plans! Just joking. Actually, in my mind I have about twenty sketches that I play with and continuously change while working on something else. I wish I could realize them all and simply can’t wait to see them. Maybe it sounds strange, but while I work, I eagerly long to see the finished sculpture, as if it were someone else’s work and I had no idea what was being sculpted. Often, while working, the wood simply drag me and in the end I make something completely different from my original thought. Recently, I got a piece of teakwood and Siberian larch and I will try to make something beautiful out of it, it is very inspiring. Also, my plan is to invest in some better quality tools so that I can work faster and easier.