LR miroir Mathieu Delacroix

Publié le 10/05/2021

Mathieu Delacroix s’interroge sur les multiples possibilités formelles et fonctionnelles que pourraient offrir des planches de bois de mêmes sections. En jouant avec les assemblages, des formes, contre-formes et vides vont naître et donner lieu à de nouveaux usages. Si ce designer est connu pour certaines de ses collaborations avec des industriels, éditeurs ou artisans, pour cette première démonstration, LR Miroir est autoproduit. 

Réalisé à partir de planches de récupération, les sections sont coupées et assemblées par un système de tourillons et colle à bois. Imprégné par la culture et l’esthétique nippone, Mathieu Delacroix met en pratique une technique auquel il a été confronté durant ses études à Nagoya, la Shou Sugi Ban. Pour obtenir un noir profond, une combustion du bois a été réalisée à l’aide d’un chalumeau en deux passages. Les planches de sapin massif ont ensuite été rincées à l’eau claire puis vernies. En opposition à la surface lisse, froide et inerte du miroir, le bois est contrasté, rugueux et vibrant. 

Ce petit support de 440mm de haut par 350mm de large, à la fois miroir et présentoir, est à la frontière entre l’objet fonctionnel et la sculpture. Ici, l’usage de l’objet s’est imposé après sa forme. 

Article rédigé par Barbara Roussel.

EN FR